Entete szc 01jpg 1

N'ayez pas peur

 

La posture zazen met un terme aux activités  dispendieuses du mental. Pratiquez et voyez ce qui se passe. Voyez par vous-même si le mouvement de la pensée peut s’arrêter, si l’immobilité totale est réalisable. Exercez-vous à l’observation sans mobile, sans but … Au-delà du champ de l’ego.

L’action juste, non accumulatrice vient avec la pleine compréhension, laquelle procède d’un renoncement au petit « je », à l’ego.

N’ayez pas peur ...

Ne vous dites pas : « Que vais je devenir sans MOI ? »

Avec une claire conscience, la peur est facile à vaincre. Vous êtes "un" avec l’univers. Ici , au dojo, le temps n’est pas un critère, poursuivez votre recherche. Patience. Ce qui importe c’est l’agir. L’action, ici et maintenant … sans personne qui agit.

Comprenez-vous ? Seulement s’asseoir, s’asseoir et RIEN d’autre …

Lorsque vous ressentez une souffrance physique, mentale ou même une insatisfaction, vous pouvez lui accorder votre attention et ainsi, l’intensifier. Ou bien restez, globalement attentif, sans vous concentrer sur elle … Alors elle devient moine prégnante. Elle passe comme nuage dans le ciel.

Bouddha a dit : « Détournez votre attention du monde de la sensation ».

Ainsi si une autre sensation désagréable ou même agréable surgit, on la laisse passer et on revient doucement, calmement à l’attention sur la posture du corps, l’alignement des pouces, l’alignement des narines avec le nombril, on pousse le sol avec les genoux et le plafond avec le sommet du crâne réalisant ainsi la jonction avec le ciel et la terre.

Attention portée sur le corps qui même s’il subit à chaque seconde des changements - nos cheveux et nos ongles poussent par exemple et nous vieillissons à chaque seconde. Ce corps représente une certaine stabilité pour vous. Ancrez-vous donc profondément dans le sacrum, ce « sacré » en vous qui est votre bassin, votre ventre, votre hara. Descendez bien l’énergie de votre expiration dans cette zone qui est pour vous un havre de paix et de sérénité.

 

Inspirez et expirez calmement. Là seule chose à faire ici et maintenant est de respirez profondément dans la  juste posture  … D’accorder toute votre attention à ce corps assis là animé par ce va et vient du souffle … Pareil à un bambou vide et droit traversé par la douce brise du printemps …

bamboo.jpgIci et maintenant, il n’y a rien d’autre à faire.

zazen méditation bouddha

Ajouter un commentaire

 © Tous droits réservés - Sunyata Zen Conseil