Entete szc 01jpg 1

La souffrance

keanu reeves

 

La formidable résolution du jeune prince Siddharta, qui le conduisit à l’éveil il y a plus de 2500 ans - ayant pris conscience de l’universalité de la souffrance autour de lui - était : « comprendre la souffrance et y mettre un terme ».

« Quelle est la cause de la souffrance ? »

A ce sujet il existe un dialogue célèbre. Il est demandé au Bienheureux si la souffrance d’un individu est créée par lui-même ? Bouddha répond négativement. Dans ce cas, demande le disciple, la souffrance d’un individu est-elle créée par quelqu’un d’autre ? Non, répond Bouddha.

Est-elle donc apparue par hasard ?

Non plus.

Alors, la souffrance existe-t-elle ou n’existe-t-elle pas ?

Oui, la souffrance existe, dit le Bouddha et il expliqua que la cause en était notre ignorance.

L’ignorance de notre véritable nature qui veut que nous cherchions en nous-même un ego, un soi, quelque chose de permanent. Toutes choses en nous et autour de nous étant interdépendantes, les phénomènes naissent et disparaissent conditionnés par une chaîne de douze causes, les douze innen qui représentent le cercle extérieur de la roue du samsara, le cycle de toute incarnation.

Le premier maillon de cette chaîne, l’ignorance qui par « action » jaillissant d’une « intention » va agréger un corps, la forme qui par l’intermédiaire des 6 organes de sens – le mental étant le sixième – va organiser sa relation au monde, se relier et communiquer ainsi avec lui.

Cette « relation » exige un « contact ». Ce « contact » qu’il soit visuel, olfactif, auditif ou même du domaine de la pensée crée la sensation. La sensation engendre le désir ou comme le disait Bouddha « la soif », soif de saisir pour une sensation agréable, soif de rejeter pour une sensation désagréable.

Saisir ou rejeter deviennent ainsi la condition d’apparition de l’attachement.

Avec l’attachement aux objets perçus par les six sens grâce au « contact » se déploie le processus du devenir qui provoque une nouvelle naissance, elle même conditionnant la vieillesse puis la mort. Voilà nous dit le Bouddha comment se produit la souffrance en un processus continuel.

L’ignorance dont il est question ici, n’est pas du domaine intellectuel, rationnel, objectif. Elle représente, plus que tout notre attachement au corps et à l’esprit, l’attachement à l’ego. Prendre véritablement conscience de cela, c’est trancher la racine, c’est la cessation de la souffrance.

L'extinction de la souffrance.

dukkha bouddha innen

Ajouter un commentaire

 © Tous droits réservés - Sunyata Zen Conseil