Entete szc 01jpg 1

De coeur à coeur

"Sans un véritable maître, il est mieux de ne pas même commencer l'étude du Zen".

Eihei Dogen Dogen zenji

De nos jours ce n'est pas si difficile de rencontrer la Voie du Zen (butsu do). Une fois que le dojo zen (zendo) est trouvé, nous rencontrons le responsable de la pratique qui peut nous expliquer la posture (zazen) et le comportement à adopter en ce lieu  si particulier, il peut également  nous indiquer les premiers rudiments du zen et de quelle lignée il est lui-même issu.

Si vous commencez à pratiquer et finissez par le fréquenter régulièrement vous pourrez même être amené à avoir un contact plus personnel , privilégié. Dans un premier temps, il se peut que le maître soit aimable avec vous ; il utilise des paroles rassurantes, vous écoute avec patience, vous donne quelques  conseils vous amenant à modifier peu à peu votre point de vue sur tel ou tel sujet ...

Ce faisant, il vous observe avec grande acuité, éprouve vos caractéristiques, vous évalue dans vos motivations et dans votre sincérité. Lorsque le maître devient pour vous un important point de repère, que vous avez trouvé en lui un ami précieux, il commence à vous éduquer.

C'est ici que commencent les difficultés et, pour le maître un travail ingrat.

Rien ne lui échappe, il vous scrute jusque dans les moindres recoins de vos intentions les plus enfouies. Il ne fait que vous dé-masquer : c'est son rôle.

Rien ne lui va presque jamais bien, et si quelque chose s'ouvre, c'est sûr qu'il refermera le tout très vite ... Tout au plus, concédera-t-il un silence difficile à interpréter. Le maître inverse tout sous vos yeux, il transforme les situations, il brouille les pistes et ne laisse place à aucun appui, à rien qui vous conforte, à rien qui vous assure.

Vous commencez à percevoir un goût subtil et profond.

 

Le maître est comme un miroir, dans lequel vous vous reflétez "grandeur nature" et où se dévoilent vos doutes et toutes vos mesquineries trop empli, que vous êtes, de vous-même.

Vous n'avez plus d'espace pour fuir.

C'est un miroir irritant que vous arriverez à détester : il ne répond jamais selon vos attentes. Il sera pour vous, parfois, comme un fou imprévisible et insaisissable.

 

Derrière l'apparente dureté, l'incompréhension, le maître travaille continuellement en faveur de l'élève ; il le pousse là où il n'est pas capable d'aller tout seul, le guide lorsqu'il est sur le point de faillir, le soutient le jour et même la nuit. En secret.

Le maître ne se fatigue jamais de faire cela. C'est lui qui est complètement au service de l'élève.

 

Il a confiance en vous. La relation évolue. Tous deux travaillent désormais ensemble, comme la poule qui, de l'extérieur, brise la coquille de l'oeuf avec son bec, alors que la poussin à l'intérieur tente d'en sortir.

La rencontre réelle et merveilleuse, le partage se produisent enfin, vous avez confiance parce que intuitivement vous  voyez où il veut vous conduire. C'est là, au plus profond du coeur (shin) que vous le rencontrez enfin.

 

I Shin den Shin,

 

De Coeur à Coeur!

 

 

zazen zen

Ajouter un commentaire

 © Tous droits réservés - Sunyata Zen Conseil