Entete szc 01jpg 1

Chemin initiatique

romantique.jpg

Le chant du merle ^ clic

"On retrouve le lieu spirituel dans l'abîme. En acceptant la déception.

En perdant l'espoir.

En descendant consciemment dans l'abîme du limité.

Car cet abîme en vérité est l'expérience d'une confusion.

On a confondu l'infini avec le fini.

On ne peut pas éviter cette confusion. Il faut la souffrir.

Si on a le courage de descendre jusqu'au fond, c'est-à-dire de ne pas se détourner ou se

distraire, si on a le courage de renoncer à toute invitation d'attraits illusoires, il se peut que notre

attention tombe sur un moment nu.

Sur un moment où il ne reste que ce qui reste. Une rose devant soi. Le mouvement de

notre inspiration et de notre expiration. Un moment nu.

Quelque chose est là de soi-même. Quelque chose bouge de soi-même. Comme on dit cela

facilement !

Qui est le Soi-même ?

Qui est le Soi-même de la rose ?

Qui est le Soi-même de mon regard qui voit la rose ?

Qui est le Soi de ma respiration ?

Elle se fait de soi-même. A chaque moment de nouveau.

Elle est comme un élan qui me met en mouvement, moment par moment.

Si on pouvait, dans une grande sobriété et avec une attention totale participer à cet élan de

respiration, il faudrait se rencontrer soi-même, il faudrait rencontrer le Soi-même, qui quitte l'infini

pour devenir mon souffle limité de ce moment. Il faudrait reconnaître le Non-deux.

Si on pouvait, avec la sobriété que l'on trouve dans l'abîme et avec une attention totale, participer

au regard qui voit une rose, il faudrait découvrir qu'en réalité on n'a jamais rien confondu. Il n'y

a rien à confondre, car cette rose qui est de soi-même, en réalité est l'infini sous la forme nue du fini,

sous la forme de cette rose.

Le mystère dont nous étions touchés dans la fascination nous a emmenés dans une détresse

pour y reconnaître que la promesse qui procède d'un rayonnement au fond n'est pas liée à l'objet que

nous rencontrons, mais à la transparence de notre regard, à la perméabilité de nos sens.

Cette reconnaissance n'est pas un cadeau sans fin. De nouveaux pas. Mais pour celui qui veut

prendre au sérieux son expérience, petite ou grande, elle indique une mission qui demande un

travail de transparence.

 C'est cela le Chemin Initiatique."

...

Silvia OSTERTAG - Tendresse et spiritualité (extrait)

ouverture.jpg

 

 

 

 

.

 

quiétude voyage Attention satori amour ORIENT

Commentaires (2)

1. sunyatazenconseil (site web) 12/04/2012

Cool ... ;o)

2. Désirée (site web) 11/04/2012

Il y a dans ce texte, des phrases elles-mêmes transparentes qui me font irrésistiblement penser à des phrases de Christian Bobin. Qui à l'art d'aller au plus court, au plus dense, au centre du centre.

"Tendresse et spiritualité" ...quel beau titre de livre. Je dis oui à la tendresse pour ce qu'elle apporte de doux, de bienveillant au regard.

J'ai fini par intégrer que le détachement n'est pas de l'indifférence. Cela peut te sembler un peu "tardif" mais je digère lentement :) Et puis mieux vaut tard que jamais n'est-ce pas?

Ajouter un commentaire

 © Tous droits réservés - Sunyata Zen Conseil