Entete szc 01jpg 1

50 ans du ZEN en EUROPE 1967-2017

0a26456282a9caace6b59603484896b3

Taisen DESHIMARU 1914 - 1982

Taisen Deshimaru (Yasuo de son prénom civil) est né en 1914 près de la ville de Saga, dans l’île de Kyushu.

En 1965, avant de mourir, Kôdô Sawaki lui donne l’ordination de moine. Taisen Deshimaru ressent qu’il a alors résolu les contradictions qu’il éprouvait entre les aspects matériel et spirituel de sa vie. 

En 1967, invité par un groupe d’adeptes français de la macrobiotique, il vient en France où il s’investit totalement dans l’enseignement de la méditation assise zazen. En quelques années, il multiplie les conférences et les sessions de pratique, traduit les textes fondamentaux du zen, publie des ouvrages et créé l’Association Zen d’Europe (qui deviendra Internationale - AZI) : le nombre de ses disciples grandit et il fonde de nombreux lieux de pratique.

Son œuvre missionnaire aboutit à la création du temple de la Gendronnière près de Blois en 1979. Taisen Deshimaru décède des suites d’un cancer le 30 avril 1982 à Tokyo.

Fondateur du zen en Europe, Bodhidharama des temps modernes Taisen Deshimaru a ainsi implanté durablement la graine vivante du zen dans une terre nouvelle, laissant aux occidentaux le soin de la faire croître et fructifier.

Logo jacaranda

 

EXTRAIT article de Denis BOUREAU - juin 2007

...

Mokudo taisen deshimaru«Un jour, Deshimaru demande à Kodo Sawaki de l’ordonner moine. Requête qui lui est refusée. Il l’invite à poursuivre zazen tout en menant une vie active dans la société. Et, bien des années plus tard, alors qu’il est en Europe, c’est une chose qu’il enseignera à son tour. S’il a ordonné de nombreuses personnes, il a toujours insisté sur le fait qu’il ne voulait pas de moines professionnels, il ne voulait pas que l’on se réfugie dans des monastères en dehors des périodes de sesshin. Il a toujours enseigné que nous devions pratiquer au milieu du monde, au milieu de la vie sociale, avec les autresR. Triet (bul. N°63)

«Il avait aussi une vision claire des erreurs de notre civilisation et enseignait comment la pratique juste de zazen pourrait y remédier. Son enseignement était très vaste et sa vie l’exprimaitR Rech (idem)

«La présence de Sensei et de ces disciples, tôt le matin, m’apportait beaucoup d’équilibre. J’aimais beaucoup le côté démystification. L’Europe et le monde vont subir de profondes mutations […] Ils auront besoin de guides et, grâce à notre maître, ses disciples pourront à leur tour enseigner la voie de la Sagesse aux générations futures, pour que le monde nouveau renaisse de ses erreurs, comme la fleur de lotus naît dans la boue.» A. Liebman (idem)

Étienne Zeisler, citant Deshimaru à l’occasion des 20 ans de sa venue en Europe: «La mélodie du zen ne peut être limitée par les notes d’une partition. Elle a été créée en toute liberté dans le vaste ciel bleu. Zazen et le salut de l’humanité sont deux choses différentes. Cependant ils sont comme les deux faces d’une même feuille de papier […] Le zen doit aider à créer une nouvelle civilisation qui puisse réaliser un équilibre authentique dans la conscience humaine. Ne regarder qu’un seul aspect des choses mène tout droit à l’impasse. Au relatif, au dualisme, le zen doit ajouter le sens de l’universel puis unifier pour former, ensemble, le sens religieux de l’absolu et de l’éternité.»(Bulletin n°48 1987)

...

Article plus complet de Denis BOUREAU ----> Lien    Les dix premières années après la mort du maître*

 

*Taisen DESHIMARU

zazen zen bodhisattva Lumière deshimaru

Ajouter un commentaire

 © Tous droits réservés - Sunyata Zen Conseil