Entete szc 01jpg 1

Dolkar Tso - Rétribution

dolkar.jpegOu qu'il soit,

nul,

grand ou petit, riche ou pauvre, puissant ou faible, individu ou pays ;

nul ne peut échapper

(bien longtemps)

à la conséquence de ses actes.

Et nul

ne peut impunément

directement ou indirectement

s'en prendre à une enfant du Bouddha

sans en subir une redoutable rétribution.

Tremblez!

Les temps sont venus ...

bougie

dolkar.jpegDolkar Tso, une mère de deux enfants, âgée de 26 ans, est décédée après s’être immolée par le feu près d’un stupa au monastère de Tsoe Gaden Choeling vers 14h30, le 7 août 2012. Elle a ôté ses vêtements et s’est mis le feu tout en n’arrêtant pas de crier des slogans appelant à la liberté du Tibet et au retour du Dalaï Lama de l’exil.
Mais encore à peine vivante, Dolkar Tso a demandé aux moines s’étant précipités pour essayer de la sauver, de mettre fin à ses jours afin que les Chinois ne puissent pas s’emparer d’elle vivante. Les moines l’ont emmenée à l’hôpital, mais elle ne pouvait pas être sauvée. Ils ont ensuite emmené son corps dans son village natal de Tasur dans la municipalité de Nawu, situé à environ 10 kilomètres de la ville de Tsoe. Les gens ont afflué dans le village de Tasur et au monastère de Tsoe afin d’offrir des prières.

Dolkar Tso laisse derrière elle un fils de quatre ans et une fille de deux ans.

L’agence de presse officielle "Xinhua" (Chine Nouvelle) a mentionné le 8 août l’auto-immolation, mais a maintenu que "Drung Gertso" (Dolkar Tso) était atteinte d’une "maladie mentale intermittente" et était séparée à la fois de sa famille et de celle de son mari et qu’elle s’était suicidée à cause de cela ...

tibetan-woman-self-immolation-1.jpg

Self-Immolations in Tibet

bodhisattva dukkha destinée tibet

Commentaires (3)

1. Désirée 28/08/2012

Non je comprends. Vraiment.

Cette jeune femme, jeune mère, elle s'est donnée la mort la plus horrible qui soit, la plus douloureuse. Et personne n'a rien vu avant qu'elle n'arrive au point de non-retour. Et ça humainement c'est une faillite, un vrai drame.

Je ne me place pas en juge froid Eric, je suis toujours du côté de l'humain, toujours. Et tous les suicidés du monde pourraient être sauvés (presque) si on faisait un peu attention aux autres, si on était juste un peu plus humain.

2. sunyatazenconseil (site web) 28/08/2012

D'accord avec toi Dé le suicide n'à jamais été une solution, mais il est symbolique d'un profond désarroi peut être difficile à comprendre vu de notre fenêtre.

3. Désirée 26/08/2012

Quelle folie! Elle laisse deux enfants et le monde continuera de tourner sur trois pattes...
Il y a d'autres manières de lutter, voir Aung San Suu Kyi, Gandhi, Martin Luther King, Mandela etc. La mort n'est pas et n'a jamais été un moyen d'expression.

Que le désespoir puisse pousser à se faire sauter à la bombe, s'immoler ou se fiche par la fenêtre d'un grand groupe, je peux le comprendre. Mais après quoi? Le perdant c'est celui qui n'est plus là pour lutter debout. Pas le géant qui lui poursuit son oeuvre de destruction massive...

Ajouter un commentaire

 © Tous droits réservés - Sunyata Zen Conseil