Entete szc 01jpg 1

Aïkido - Le pouvoir du ki

 "L'Aïkido commence lorsque nous sommes vides comme le ciel. De ce point de départ, naît la liberté du mouvement harmonieux.  Devenir vide veut dire balayer toute pensée illusoire et toute fausse idée de soi-même. La plus haute conscience - gokui - de l'Aïkido découle de la fusion du mouvement et du monde invisible de l'esprit, le kototama.

 Cette mise en oeuvre de la totalité de l'univers réside dans votre hara, le centre vital duquel naît l'énergie d'une nouvelle vie.

 

Le budo m'a inondé de la lumière de cette réalité."

Ô Sensei Ueshiba - Fondateur de l'Aïkido

Kototama et Aïkido

De nos jours la pratique de l’Aïkido est silencieuse. Cependant dans l’enseignement de son Fondateur Moriheï Ueshiba, l’exécution des techniques s’accommpagnait de l’articulation de sons par les pratiquants, les kototama ; c’était là un des points fondamentaux, puisqu’il disait :« L’Aïkido est une méthode de fusion avec kototama, l’Esprit de l’Univers. »

Il disait également :

« Dans le Bujutsu (techniques guerrières) il y a les cris ; eï, ya, to, ha etc … Ce ne sont pas seulement ces quatre sons, il y a autant de sons que les mots japonais peuvent exprimer.

L’important est qu’avec la respiration du Ciel et de la Terre, la Voix, le Cœur (koroko) et le rytme s’unifient ; Cela devient le kototama, ce dernier devient une arme et de plus cela doit s’unifier avec le corps …

On coupe avec le son , on reçoit avec le son ya, on s’écarte avec le son to ….»

A noter l’évocation du Ciel et de la Terre, la respiration du Ciel et de la Terre (ten chi kokyu), notion récurrente dans les écrits du Maître. Cela peut s’entendre par : Unir la volonté (le ciel, l’esprit), au ventre (le centre de l’énergie, la terre, le corps). C’est-à-dire une acuité particulière de sa propre respiration, une maîtrise de l’énergie qui rend parfaite l’exécution des mouvements. Synchronisation entre le souffle primordiale et le mouvement (comme en kin hin) qui se pratique par les exercices respiratoires, la circulation du ki.

Ô Senseï disait encore à propos du kototama ;

« Tous les actes du corps révèlent le travail subtil du kototama. C’est l’écho des sons qui vous conduiront à une profonde compréhension quand vous vous examinerez en vérité …

Laissez les kototama s’infiltrer à l’intérieur de vous, mettre le feu à votre sang jusqu’à ce que votre corps se fige en un kototama.

Imaginez que vous vous arrondissiez jusqu’à former un grand cercle, prononcez le kototama, et laissez vous pénétrer de la sensation de l’univers à l’intérieur de votre propre corps.

Cette pratique est source de Lumière (la sagesse), de Chaleur (la compassion) et d’Energie (la force véritable). »

aikido ueshiba tissier ki kototama hara

Ajouter un commentaire

 © Tous droits réservés - Sunyata Zen Conseil