Entete szc 01jpg 1

Néant

Le maître des filets reposait tranquillement assis dans le jardin, près du bassin, lorsqu'un jeune moine l'approcha pour le questionner :

- Maître, dit-il après avoir pris soin de s'incliner longuement, je suis préoccupé ...

- Et qu'est-ce donc qui vous préoccupe jeune acolyte ? demande le maître gardant les yeux mi-clos comme absorbés encore dans la contemplation silencieuse.

- Le néant me préoccupe maître. Je sais que nous devons rechercher le néant mais pourquoi est-ce ainsi ... le néant est synonyme de mort, alors pourquoi devons-nous rechercher la mort alors que nous sommes bien vivants ?

Le maître se leva et remplit une tasse avec l'eau du bassin puis questionna :

- Quel est l'état de cette tasse ?

- Cette tasse est pleine, répondit le moine perplexe.

Le maître vide alors la tasse sur terre.

- Quel est son état maintenant ?

- Elle est vide, maître.

Renversant la tasse et la plongeant ainsi dans l'eau du bassin, le maître l'incline doucement laissant s'échapper l'air contenu qui forme à la surface de délicates bulles.

- Si la tasse est vide, d'où proviennent ces bulles ? demanda le vieux moine.

- Ainsi la tasse n'est jamais vide, souffla le novice qui regardait intensément les yeux du maître.

- Comment le serait-elle ? Lorsque la tasse est emplie d'eau il n'y a nulle place pour l'air un peu comme l'individu trop empli d'ego qui ne laisse que peu de place à sa nature véritable, sa nature originelle, la nature de Bouddha. Lorsque la tasse est vidée - lorsque l'individu n'est plus dupe de lui-même - ce qu'il reste n'est pas le néant mais notre nature profonde. Toujours présente.

tchan bouddhisme sunyata

Ajouter un commentaire

 © Tous droits réservés - Sunyata Zen Conseil