Entete szc 01jpg 1

Les neptuniens

On reconnaît les Neptuniens à leur regard haute-mer, traversé de longues strates d’or. A leur peau translucide, leur chair légère, qui ne doit jamais oublier de s’agripper aux branches rose de leur faible ossature, pour ne pas être emportée comme fétu par les courants d’air.

Un Neptunien distrait peut très bien disparaître dans la seconde, délité par le soupir d’un moineau.

Leur belle tête contemplative est souvent penchée dans l’attente, cette tendre gravité des marguerites semées en tâches claires aux champs pourpres de l’été. Communément, cette tête délicate est surmontée de filaments nitescents, qu’un moindre mouvement fait onduler. Le hasard que l’on nomme parfois « dieu » sur certaines planètes, a voulu que les Neptuniens puissent voir clair partout et par tous les temps, au travers de tous les masques, de tous les leurres. Quoi que vous affirmiez, si vous mentez, le Neptunien verra rosir votre cœur, se troubler votre âme. Pas d’aplomb qui tienne devant leur immense regard pers couché d’or. Le dessin tremblé d’une ébauche de sourire sur leurs lèvres dit la compassion dont ils sont pétris. Ce sourire qui exprime la compréhension globale, et qui est un pardon instinctif, c’est-à-dire, non souillé de tractation. Quoi que vous fassiez, le Neptunien ira en chercher, tout au fond de vous-même, plus que l’évidence grossière. La raison d’une mauvaise action n’est que la fleur sombre au bout de la tige. Le Neptunien ira toujours bêcher, car ce qu’il veut voir c’est la racine. Et sur la racine, toujours –ou presque- il découvre la blessure native par où se propage l’infection.                                                          

Le Neptunien est un guérisseur. Il ne sait rien faire d’autre, il n’a pas d’autre fonction. C’est pourquoi il est si précieux aux autres races : il peut tout guérir puisqu’il voit toute blessure. Et que son regard, qui perçoit la racine du mal est aussi la panacée qui va la guérir en l’exposant au jour. Au soleil. A l’amour. Le Neptunien se contente de vous effleurer d’un sourire, mais ce sourire contient plus d’humanité et de chaleur que n’en contient l’Humanité toute entière. Il est profondément curateur. Oui, le Neptunien est la plus précieuse créature qui soit. Il guérit l’âme d’un sourire.

Mais le Neptunien est rare. Chaque jour qui passe voit sa population diminuer. Il y a trop de mal sur Terre, pas assez de bonté, de bienveillance. La souffrance reçue et donnée en retour augmente sans cesse, sans que rien ne vienne jamais enrayer ce processus destructif. Il y a trop d’êtres humains à guérir, et beaucoup de Neptuniens s’y sont épuisés jusqu’à devenir transparents, fantomatiques, et puis pfffuit ! Envolés. Les êtres humains harassent jusqu’aux émanations physiques de l’agapè.

Bientôt, il n’y aura plus de Neptuniens. Pour se sauver, il leur faudrait abandonner ces êtres obtus à eux-mêmes et à leur funeste destinée de souffrants. Mais le voudraient-ils que les Neptuniens ne le pourraient pas…

 

Car le Neptunien est un guérisseur. Il ne sait rien faire d’autre, il n’a pas d’autre fonction.

                                                                                    Désirée Thomé

                                                                                                                                        Publié dans Les contes défaits

 

bodhisattva

Commentaires (1)

1. lika 19/04/2012

votre article
sur les neptuniens
m'a fortement sensibilisée.

je recherche des lectures sur le neptunien.

merci.

p.s. je suis médium et neptunienne.

Lika

Ajouter un commentaire

 © Tous droits réservés - Sunyata Zen Conseil