Entete szc 01jpg 1

Instant présent

La sagesse est de voir

 

La beauté dans l'ordinaire

 

En s'accommodant du monde

 

Tel qu'il est

 

Il n'y a de trésor

 

Que l'instant présent.

 

 

Santôka Taneda - Moine et poète (1882 - 1940)

 

 

Usa english

Wisdom is to see


The beauty in the ordinary one


While putting up with the world


Such as it is


There is treasure


That the moment present.

Assis au cœur de la forêt de Pandora, envoûté par le chant du vent dans l’arbre des ancêtres, je ne pouvais m’empêcher de questionner la nature sur la difficulté des hommes à partager et aimer. Tout est en nous, si nous prenons le temps d’observer, de déployer ce que nous sommes, souffle après souffle, avec résolution. Tous les évènements de notre vie, chaque personne rencontrée sont là, parce que nous les avons attirés là. Ensuite, ce que nous choisissons d’en faire n’appartient qu’à nous. Nous sommes les conducteurs de nos âmes et les maîtres de nos destinées.

Au cœur des vibrations instables et dévastatrices de nos sociétés modernes, il nous faut prendre conscience qu’il n’y a rien à attendre de tous ces systèmes politiques dans lesquels nous évoluons, seulement de nous-mêmes, instant après instant.

Seulement de nous-mêmes.

Sans tension inutile, sans souffrir. Vraiment notre souffrance n’est utile à personne, ni à nous, ni aux autres, elle n’ajoute rien, n’enlève rien, ne produit rien, ne participe à rien …

Quand nous comprenons intimement cela, quand nous percevons profondément notre place dans l’univers – aussi modeste soit-elle - nous sommes alors capables de l’assumer pleinement - step by step - avec l’état d’esprit de l’amant rejoignant sa dulcinée, c'est-à-dire avec la hâte du pas suivant.

Pour recevoir davantage, il faut donner ce que l’on a reçu. Si on le garde, la stagnation suit.

Je me souviens de cette créature bleue qui m’enseigna à voir la forêt à travers ses yeux. Captivé par son incroyable fluidité, et son aisance parfaite, je l’imitais au point de ressentir jusqu’à la pulsation de chaque particule d’air, m’y fondant sans effort, avec le maximum d’économie de mouvement et d’efficacité. Patiemment, elle m’apprit à me mouvoir sans geste inutile, à parcourir son univers tous les sens en éveil, à évoluer avec elle, à devenir elle …

Plus que tout elle m’apprit à sourire intérieurement.

La sagesse de l’ignorance doit être pour nous un sacrement. Accepter notre ignorance, re-co-naître que nous ne savons rien ou si peu, est un acte sacré, qui fait de toute expérience ordinaire, quelque chose d’extra-ordinaire ouvrant le champ de tous les possibles.

C’est pointer l’infini en nous-mêmes.

Entre l’esprit et le corps, il est un chemin, une voie que nous parcourons tous comme si nous étions paralysés dans nos membres ou engourdis par le sommeil. Il soutient nos pas, mais nous n’avons aucunement conscience de son irrésistible puissance. Ce n’est qu’à notre éveil que nous découvrons dans nos mains les graines porteuses de renouveau qu’il nous faut semer dans nos vies quotidiennes, afin qu’elles y produisent nos plus beaux accomplissements.

S’il n’existait un tel sentier, il n’y aurait jamais eu parmi nous ni poètes, ni prophètes, ni porteurs de lumière …

L’esprit sinueux, trouve son chemin, parmi les lacets de la confusion et de la peur, puis découvre sa connaissance à l’aube et voit dans la lumière montante, les grandes ailes multicolores du banshee qui l’entraîne toujours plus haut.

Et comprenant parfaitement, dans un seul élan de joie il vole au dessus des vieilles promesses, au-delà des êtres et des forêts vers l’arbre sacré.

Peut être avez-vous entendu parler de l’arbre sacré ? C’est l’arbre le plus majestueux et précieux sur Pandora. Si réellement nous en atteignons le coeur, nous n’avons alors plus qu’un seul désir ;

Nous en retourner et vivre parmi ceux qui vivent dans l’obscurité la plus profonde.

Voilà pourquoi on l’appelle l’arbre sacré.

 

 

Apprendre, c’est découvrir ce que nous savons déjà. Faire, c’est démontrer que nous le savons. Partager, c’est rappeler aux autres, qu’ils savent tout cela aussi bien que nous.

Que deux personnes - ou beaucoup plus - parviennent ensemble à une union sans objet exempte de tout calcul, de toute considération personnelle et égoïste est l’un des plus grands miracles de l’existence.

Cameron avatar

Ajouter un commentaire

 © Tous droits réservés - Sunyata Zen Conseil